The Stanley Parable

The Stanley Parable est à l’origine un mod Half-Life 2 qui est ressorti tout récemment en standalone sur Steam pour 10 boules environ.

Suite à la lecture de la review dithyrambique de Polygon, je décidai de tester le jeu, en commençant par la démo.
Les 10 premières secondes m’ont suffit à comprendre que je faisais face à un jeu « Portal meets Antichamber meets Groundhog Day (le film avec Bill Murray) ».

« Cool ! »

– Rob, à t = 10s

 
stanley-2013-10-10-22-22-44-36-570x427
La démo, assez mystérieuse, met en scène un cobaye (un peu comme dans Portal) qui rentre dans ce « manège ». Celui-ci recense plusieurs pièces démontrant les possibilités qui seront offertes par le jeu final en appuyant sur des boutons qui déclenchent des sons et des événements donnant plus d’explications, un peu à la manière d’un musée.
Très original ! Plutôt que de présenter les 10 premières minutes d’un jeu, cette démo emmène le joueur dans ses coulisses.
Je dois avouer que ce concept m’a bien plu, malgré la maigreur du contenu proposé.

C’est donc la curiosité qui m’a poussé a acheter le jeu.

« Seulement, voilà… »

– Rob, à t = 10min

 
1382017327Donc le narrateur présente brièvement Stanley, employé 427 et héros du jeu.
Celui-ci nous accompagnera durant tout le jeu, commentant nos actions et choix et les jugeant.
On se retrouve au burlingue et on doit rencontrer les collègues dans la salle de réu.
A ce stade, il est important de préciser que, avant même d’avoir accompli cette tâche anodine (qui prend environ 30 secondes), le joueur aurait pu finir le jeu de deux manières différentes.

Car oui, l’originalité du jeu ne réside pas dans son gameplay, ni dans son challenge ; mais dans sa narration et son système de fins.
Régulièrement, le joueur est confronté à des choix, et chaque décision (ou presque) mène à une fin différente (un peu comme dans Antichamber et Groundhog Day), et chaque fin différente, ramène le joueur au même commencement de jeu (ou presque).
Chaque partie dure 6 minutes en moyenne, et il doit exister un peu plus de 10 fins environ.

Il n’y aurait donc pas de progression ? Pas de carotte au bout du bâton ? On est condamné à recommencer du début, encore et encore ?

« Meh. »

– Rob, à t = 100min

 
tumblr_m9bcwbuZ2X1r5nui5o1_500
Donc le but du jeu est de trouver toutes les fins.
Ouais, pourquoi pas ! C’est original après tout !
Mais.

Dans la démo, il est expliqué que les émotions seront une des principales composantes du jeu. Or ni la narration, ni les fins du jeu n’ont parvenu à me toucher.
Le regret et la culpabilité auraient pu être exprimés facilement grâce aux choix, mais le fait de recommencer le jeu toutes les 10 minutes annihile la présence de ce sentiment.
L’humour est certes présent dans le jeu, mais les gags du narrateur ne m’ont globalement pas fait rire. Seuls quelques rares éléments comiques cachés dans le décor m’ont fait sourire.

Une autre partie du problème, c’est ces fins en elles mêmes. Plus absurdes l’une que l’autre, elles ne sont pas si intéressantes et ne font pas avancer l’histoire car elles n’ont pas de lien entre elles (ou presque).
C’est pas parce que c’est random que c’est bien.

Seules deux fins semblent réellement intéressantes et donnent du sens au jeu.
Attention aux spoilers :

Spoiler Inside SelectShow

Vous noterez la sur-utilisation de la phrase « ou presque » dans cet article. C’est pour souligner le manque de cohérence dans ce jeu.
L’idée de base est bonne, mais il manque de ceci, de cela, d’équilibre, de profondeur.
Elle pose cependant un problème majeur (ou plutôt une problématique) : quel est l’intérêt de commencer un jeu si on sait par avance que, 10 minutes plus tard, on se trouvera au même endroit ?

Mais au final, peut-être que tous les défauts que je trouve au jeu sont en réalité ses qualités. Les interprétations de ce jeu par les différents joueurs sont très variables.
Ce jeu aurait été top à une présentation sur salon, 1 an avant la sortie du jeu ; mais c’est le produit final, et je reste sur ma faim.

Meh / 20.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.